Le mot du président

Faire Bretagne

Le combat politique que nous menons est un combat positif, c'est un engagement pour la Bretagne.

C'est un combat multidimensionnel :

C'est un engagement pour la Démocratie, pour que les Bretonnes et les Bretons soient représentés notamment au niveau Européen.

C'est un combat pour la pleine reconnaissance des Droits Universels dus à toute communauté humaine tels que l'intégrité territoriale, la/les langues, la connaissance de son histoire, sa prise en compte en tant que Nation, le droit à un Etat breton.

C'est un engagement pour le progrès et le développement économique, social et écologique.

Ce combat politique, nous le menons avec constance, ambition et engagement.

Nous l'avons vu et nous le savons, rien ne sera redonné à la Bretagne, tout devra être conquis !

Gaël Fleurent

L’annulation  de la marche annuelle de Bretagne Réunie est pour le Parti Breton le révélateur du profond malaise qui traverse le mouvement breton suite à la réforme territoriale de 2014.

Le mensonge originel et l’échec

Ce profond malaise est lié à l’échec patent de la pensée régionaliste notamment en ce qu’elle espère être entendue par « Paris », ce qui supposerait – selon elle – servilité et soumission.

Que nous a-t-on promis depuis Mitterrand, depuis 40 ans ? Quand l’Union de la Gauche serait au pouvoir… et puis quand La France et la Bretagne seraient à gauche…. et puis quand le Sénat serait à gauche… et puis quand nous aurions l’oreille du Prince... Bref, il nous fallait attendre l’alignement des planètes !

Or justement cet alignement a eu lieu. En 2014 ! Et puis, RIEN : la Bretagne reste amputée de la Loire Atlantique...

L’histoire a fait que cette pensée régionaliste a été incarnée par la gauche radicale mais à nul doute, elle aurait pu l’être par la droite.

Qu’avons-nous obtenu depuis la Charte Culturelle (1977 : Valery Giscard d’Estaing) et la maigrelette décentralisation (1982 : Mitterrand) ?

La nécessaire prise de conscience et le changement

A l’heure où se sont réveillées des Nations comme l’Ecosse, la Corse, la Catalogne et bien d’autres, la Bretagne reste la belle endormie, mendiant l’autorisation d’utiliser un « ñ » pour un prénom.

Pour l’heure, les émanations politiques de cette pensée régionaliste nous proposent d’attendre à nouveau un alignement de planètes, sur un autre projet, espérant au passage glaner quelques postes en monnayant les voix du mouvement breton « servies sur un plateau ». 

Pourtant, nulle part, les progrès ne se sont faits sur la base de la servilité et du confort de quelques-uns. Au contraire, partout ce réveil s’est fait sur la base d’une conscience nationale, d’un rapport de force politique, en faisant preuve d’audace et de courage.

Politiquement, ces progrès ont été portés par une force politique centrale, responsable et démocratique, acceptant l’économie de marché, composée d’autonomistes et d’indépendantistes, portant haut l’ambition pour sa nation et son peuple.

Comme il l’a toujours fait, et comme il l’a à nouveau initié lors des dernières législatives avec ses partenaires de 100%.bzh, le Parti Breton continue d’œuvrer à cette convergence politique pour créer cette force politique centrale  nécessaire à la Bretagne permettant à bref échéance une autonomie politique, une fiscalité propre, des prises de décision politique ambitieuse, une économie maîtrisée, une culture bretonne en expansion.

Le Bureau Politique du Parti Breton/Strollad Breizh

A vos agendas

-La section du Kreiz Breizh se réunit tous les derniers mardis de chaque mois (sauf en décembre et en juillet) au café Noz vad à Carhaix à 18h. Contact Yves Rémond (coordonnées dans la rubrique « pour contacter les fédérations »).

 

 

Lettre d'information du Parti Breton

s'inscrire
se désinscrire

Retrouver le Parti Breton sur

 

La Boutique du Parti Breton

contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Demande de prélèvement

Les institutions régionales en Europe

Le saviez-vous?

BretagneUne Bretagne indépendante aurait un PIB de 115 milliards d'euros  soit un PIB par habitant d'environ 25500 euros (26ème mondial) équivalent à celui de l'Italie (25ème) et supérieure à celui de l'Espagne(28ème) ou du Portugal (35ème). Pour les sceptiques on notera que la France se classe 20ème, mais combien de Bretons en profitent-ils ? La Bretagne avec 4.5 millions d'habitants est plus peuplée que 7 Etats de l'Union Européenne et que des dizaines de pays indépendants dans le monde.

Go to top