Le mot du président

Notre destin nous appartient

À la croisée des vents et des marées, la Bretagne voit passer devant ses côtes 20% du trafic maritime mondial. Terre de capitaines d'entreprises, elle possède un savoir-faire agricole reconnu et une jeunesse ouverte sur le monde, dotée de formations d'exception.

Pourtant contrairement à d'autres nations de même taille, elle ne connait pas le développement  économique et social qu'elle mérite.

En fait notre pays a un problème majeur, c'est la France.

Alors pour nous Bretons, ce sera le naufrage ou l’indépendance.

Olivier Berthelot

Le rapport Duron, qui préfigure très probablement la position du gouvernement français, indique que la Bretagne ne sera pas mise à grande vitesse.

 

La Bretagne flouée par la France

Le Parti Breton a toujours dénoncé le choix technologique pour la Bretagne du TGV français (Alsthom) face à la technologie pendulaire, technologie mieux maîtrisée par les allemands permettant - à moindre coût- de mettre à grande vitesse les lignes Brest-Paris et Quimper-Paris et non simplement Rennes-Paris, desservant ainsi les gares intérieures bretonnes.

La France a donc fait le choix de financer Alstom, avec l’argent des bretons, au détriment du service à la Bretagne et aux bretons.

La Bretagne flouée par ses élus

Les élus Bretons ont endetté la Bretagne de près de 1 milliard d’euros sur un programme qui ne sera pas respecté et qui se situe, en l’état actuel, au ¾ en dehors du territoire de la Bretagne, obérant ainsi les marges de manœuvre de la Bretagne.

Au moment où nous apprenons que l’abandon de l’aéroport de NDDL, pourtant encore à l’état de projet, devrait coûter plusieurs centaines de millions d’euros en compensations versées à Vinci, il semblerait que les élus bretons n’aient pas prévu de clauses similaires en engageant l’argent du travail des bretons.

Nul doute que -comme pour le Ñ (n tildé de Fañch)- le Conseil régional de Bretagne Administrative ne devrait pas tarder à émettre un vœu unanime…

Et maintenant ?

Le Parti Breton, qui avait à maintes reprises alerté les Bretons, ne désarme pas. Il est nécessaire de mettre les axes Brest-Rennes, Brest-Nantes et Nantes-Rennes à grande vitesse et d’en assurer l’accessibilité de toute la Bretagne pour connecter l’ensemble des bretons entre eux et à l’Europe.

Pour y parvenir, il nous faudra :

-          Donner des marges de manœuvre financières et légales sur –à minima- la base d’un statut proche du Pays Basque en Espagne

-          Compter sur la libéralisation du ferroviaire et l’arrivée d’acteurs privés 

Mais là aussi il faudra faire face à l’état français (via la SNCF) pour mettre des bâtons dans les roues des bretons comme l’ont montré les freins mis au projet de fret Combiwest porté par la SICA de Saint-Pol.

Les Bretons peuvent compter sur le Parti Breton pour défendre leurs intérêts. 

Pour le parti Breton

Le bureau politique

A vos agendas

-La section du Kreiz Breizh se réunit tous les derniers mardis de chaque mois (sauf en décembre et en juillet) au café Noz vad à Carhaix à 18h. Contact Yves Rémond (coordonnées dans la rubrique « pour contacter les fédérations »).

 

 

Lettre d'information du Parti Breton

s'inscrire
se désinscrire

Retrouver le Parti Breton sur

 

La Boutique du Parti Breton

contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Demande de prélèvement

Les institutions régionales en Europe

Le saviez-vous?

BretagneUne Bretagne indépendante aurait un PIB de 115 milliards d'euros  soit un PIB par habitant d'environ 25500 euros (26ème mondial) équivalent à celui de l'Italie (25ème) et supérieure à celui de l'Espagne(28ème) ou du Portugal (35ème). Pour les sceptiques on notera que la France se classe 20ème, mais combien de Bretons en profitent-ils ? La Bretagne avec 4.5 millions d'habitants est plus peuplée que 7 Etats de l'Union Européenne et que des dizaines de pays indépendants dans le monde.

Go to top