Le mot du président

Faire Bretagne

Le combat politique que nous menons est un combat positif, c'est un engagement pour la Bretagne.

C'est un combat multidimensionnel :

C'est un engagement pour la Démocratie, pour que les Bretonnes et les Bretons soient représentés notamment au niveau Européen.

C'est un combat pour la pleine reconnaissance des Droits Universels dus à toute communauté humaine tels que l'intégrité territoriale, la/les langues, la connaissance de son histoire, sa prise en compte en tant que Nation, le droit à un Etat breton.

C'est un engagement pour le progrès et le développement économique, social et écologique.

Ce combat politique, nous le menons avec constance, ambition et engagement.

Nous l'avons vu et nous le savons, rien ne sera redonné à la Bretagne, tout devra être conquis !

Gaël Fleurent

Le Conseil Régional de Bretagne Administrative, vient de voter le budget 2018 et notamment la partie recette.

Ce budget est établi à 1,5 Milliard d’euros et est à mettre en parallèle avec par exemple le budget Gallois de près de 30 Milliards ou celui de l’Écosse de 65 Milliards.

 

Le vote du budget a donné lieu à une longue litanie d’auto satisfaction sur la capacité de ce budget à s’adapter aux contraintes financières mises par l’Etat français.

Ce comportement de soumission a été bien exprimé par M. Lahellec (Vice-Président) : « il faut faire mieux avec moins ».

Cette maxime est certes bien adaptée à l’Etat français -dont la réforme se fait attendre- et qui est un puits sans fond qui ne rend pas les services attendus.

Mais le Conseil Régional semble prêt à réduire les investissements tout en maintenant 83 élus là où les écossais sont 59 ? Faire mieux, sûrement ! Avec moins, il faut voir !

C’est bien un travail sur les recettes que les élus n’auront une nouvelle fois pas fait.

Ils ne l’ont pas fait :

- en termes d’ambition politique pour une émancipation de la Bretagne

- ni en termes de vision pour la Bretagne en déclinant concrètement une stratégie pour une Bretagne émancipée et réunifiée

-ni même en termes de réparation des inégalités d’interventions financières dont sont victimes les bretons de la part de l’Etat français  

Pour le Parti Breton, ce travail sur les recettes  doit être réalisé pour que les institutions soient réellement au service de la Bretagne et des Bretons

Seule une véritable autonomie fiscale, c'est à dire la fin du pillage des impôts bretons par l’État français, permettra aux Bretons de se construire un avenir à la hauteur de leur ambition et de leur potentiel culturel et humain.

Le Bureau National du Parti Breton

A vos agendas

-La section du Kreiz Breizh se réunit tous les derniers mardis de chaque mois (sauf en décembre et en juillet) au café Noz vad à Carhaix à 18h. Contact Yves Rémond (coordonnées dans la rubrique « pour contacter les fédérations »).

 

 

Lettre d'information du Parti Breton

s'inscrire
se désinscrire

Retrouver le Parti Breton sur

 

La Boutique du Parti Breton

contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Demande de prélèvement

Les institutions régionales en Europe

Le saviez-vous?

BretagneUne Bretagne indépendante aurait un PIB de 115 milliards d'euros  soit un PIB par habitant d'environ 25500 euros (26ème mondial) équivalent à celui de l'Italie (25ème) et supérieure à celui de l'Espagne(28ème) ou du Portugal (35ème). Pour les sceptiques on notera que la France se classe 20ème, mais combien de Bretons en profitent-ils ? La Bretagne avec 4.5 millions d'habitants est plus peuplée que 7 Etats de l'Union Européenne et que des dizaines de pays indépendants dans le monde.

Go to top