Le mot du président

Faire Bretagne

Le combat politique que nous menons est un combat positif, c'est un engagement pour la Bretagne.

C'est un combat multidimensionnel :

C'est un engagement pour la Démocratie, pour que les Bretonnes et les Bretons soient représentés notamment au niveau Européen.

C'est un combat pour la pleine reconnaissance des Droits Universels dus à toute communauté humaine tels que l'intégrité territoriale, la/les langues, la connaissance de son histoire, sa prise en compte en tant que Nation, le droit à un Etat breton.

C'est un engagement pour le progrès et le développement économique, social et écologique.

Ce combat politique, nous le menons avec constance, ambition et engagement.

Nous l'avons vu et nous le savons, rien ne sera redonné à la Bretagne, tout devra être conquis !

Gaël Fleurent

Le parti Breton soutien la démarche d’indépendance de raison votée par 97,7% des sociétaires en Bretagne (94,5% sur l’ensemble du périmètre).

La situation de concurrence déloyale organisée par le CMC-CIC 11, les bonnes performances et la solidité du CMB Arkea fruits d’une stratégie ambitieuse et innovante que le Crédit Mutuel voudrait maintenant avaler, justifient pleinement ce choix du point de vue de l’entreprise CMB Arkea.

Ce choix de l’indépendance de raison, c’est aussi la possibilité de se développer sur d’autres territoires comme la Loire Atlantique par exemple.

Mais, pour le Parti Breton, c’est surtout la nécessité de conserver des sièges sociaux et des centres de décision en Bretagne qui vient renforcer ce choix.

Conserver des centres de décision du CMB Arkea en Bretagne, c’est un gage important pour le dynamisme de l’économie bretonne ; c’est aussi un gage de la prise en compte des spécificités d’un territoire comme en témoigne symboliquement la possibilité de choisir la langue bretonne dans les Dristributeurs Automatique de Billets ou pour ses chéquiers.

Conserver le siège social du CMB Arkea en Bretagne, c’est la garantie d’emplois qualifiés et de débouchés en Bretagne.

En effet, nos jeunes doivent toujours s’expatrier pour leur vie active, en France pour beaucoup.

C’est un peu la triple peine, puisque ce sont les parents et la Bretagne qui financent les formations, la valeur ajoutée est produite en France et non en Bretagne, et les gens reviennent à partir de la retraite avec les enjeux que cela représente. C’est un véritable racket organisé.

Le CMB Arkea nous fait la démonstration qu’il n’est pas nécessaire d’être établi à 3 stations de métro pour Bercy pour être performant.

Il sera à terme nécessaire de garantir un écosystème attractif  et stable pour conserver les sièges sociaux existants et en attirer de nouveaux. Cela passe par la maîtrise par la Bretagne de sa fiscalité et de sa législation.

Le Parti Breton apporte tout son soutien à la manifestation du 17 mai à Paris.

Pour le Parti Breton

Le bureau national

A vos agendas

-La section du Kreiz Breizh se réunit tous les derniers mardis de chaque mois (sauf en décembre et en juillet) au café Noz vad à Carhaix à 18h. Contact Yves Rémond (coordonnées dans la rubrique « pour contacter les fédérations »).

 

 

Lettre d'information du Parti Breton

s'inscrire
se désinscrire

Retrouver le Parti Breton sur

 

La Boutique du Parti Breton

contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Demande de prélèvement

Les institutions régionales en Europe

Le saviez-vous?

BretagneUne Bretagne indépendante aurait un PIB de 115 milliards d'euros  soit un PIB par habitant d'environ 25500 euros (26ème mondial) équivalent à celui de l'Italie (25ème) et supérieure à celui de l'Espagne(28ème) ou du Portugal (35ème). Pour les sceptiques on notera que la France se classe 20ème, mais combien de Bretons en profitent-ils ? La Bretagne avec 4.5 millions d'habitants est plus peuplée que 7 Etats de l'Union Européenne et que des dizaines de pays indépendants dans le monde.

Go to top